Tableau « Big Bang Theory » – Commande 2019


Il y avait bien longtemps que je n’avais pas eu de commande, et pour le coup, celle qui est arrivée en début d’année n’avait absolument rien d’une « petite commande », bien au contraire !

Alors qu’on se le dise d’entrée de jeu, j’ai franchement galéré… par peur et par manque d’expérience.

Le format était impressionnant dès le départ, et les idées se sont évaporées très rapidement…

Et puis au fur et à mesure des essais, des contre essais, des retouches et des refontes complètes, j’ai fini par mettre le doigt sur une idée intéressante…

Un immense tableau, double en plus !

Comme à mon habitude, j’avais fait les choses comme il faut : quand c’est possible, j’aime bien me déplacer chez mes clients pour avoir une idée de ce qu’on attend de moi.

Sinon ce n’est pas grave, je travaille aussi très bien avec des photos, d’ailleurs lorsque je me déplace, c’est principalement pour… faire des photos !

Bon, pas que… je prends également des mesures et je « goûte » les vibrations énergétiques de l’endroit où le tableau sera accroché.

Je discute aussi beaucoup avec mes commanditaires ! C’est un peu le but quand même : cerner les attentes de mes clients, leurs envies, leurs préférences… sinon le rendez vous ne sert pas à grand chose !

Quelques directives mais guère plus

Au final, voici ce que j’avais comme informations sur mon calepin pour travailler : les tableaux devaient être très grands pour remplir un espace désespérément vide, nous étions partis à la base sur trois tableaux mais une fois rendue sur place, je m’étais rendue compte que ça n’irait pas d’un point de vue esthétique (comme quoi, je ne pousse jamais mes clients à la consommation !). Ils devaient être également très colorés, mais ne devaient pas contenir de bleu…

J’ai déconseillé à mes commanditaires le rouge, surtout là où devaient être placés les tableaux, parce que le rouge, ça énerve et ça complique les relations.

Oui, en tout cas avec des personnes comme moi, c’est radical : mettez du rouge à une table où je suis conviée, et vous pouvez être certain(e) que je vais être très agacée pour ne pas dire désagréable.

Mais au final j’ai quand même mis du orange

Et voilà où j’en étais à ce stade, c’est à dire… pas bien loin.

Au bout de quelques semaines, je tournais tellement en rond, que je les ai recontacté pour qu’ils me donnent un peu plus de pistes, notamment par rapport à mon travail précédent.

J’obtins comme réponse : il faut de l’abstrait, du violet, de l’argent si possible mais surtout pas d’or, et toujours de la couleur avec le plus de reliefs possibles.

L’un des tableaux sur lequel mes clients avaient accroché était de forme circulaire.

Je décidais donc de diriger mon travail dans cette direction, travaillant au passage à plusieurs reprises mes mélanges et mes enduits.

Les premiers essais se solderont par un échec et c’est tout le tableau qui « s’effondrera » de la toile le lendemain matin. Oui, littéralement : l’enduit n’a pas tenu et le poids des pigments a tout fait glisser vers le bas.

Pareille mésaventure était déjà arrivée à Léonard de Vinci mais ce brave Léonard n’a jamais livré sa recette à qui que ce soit et il a bien fallu que je me débrouille toute seule pour trouver le bon dosage.

Et non, ce n’est pas aussi simple que de suivre les doses indiquées sur le paquet du fournisseur…

Enfin des idées !

Comme toujours quand je suis confrontée à une difficulté, la solution m’apparaît à un point donné, impossible à anticiper, mais toujours au rendez vous.

J’ai fini par trouver la solution. En partant du cercle, ce qui n’avait rien de bien original à mes yeux mais bon, c’était vraisemblablement ce que souhaitaient mes clients, j’ai ensuite enduit petit à petit les grandes surfaces, et tout s’est mis en place au fur et à mesure.

Et surtout, tout est resté à sa place !

Les temps de séchage ont été très importants, puis la mise en peinture a été un vrai défi, où j’ai pu mettre en pratique toutes les techniques que je maîtrise pour obtenir le résultat que je souhaitais.

Les photos ne rendent pas hommage au travail complexe d’enduits et de matières que j’ai fait, c’est dommage mais c’est comme ça.

Au final, les photos que j’ai présenté à mes clients les ont enchantés, et ils ont tout de suite été partants. Pourtant le tarif est conséquent, mais normal d’après eux au vu du travail et de l’originalité du résultat, exactement ce qu’ils désiraient… même s’ils ne savaient pas exactement ce qu’ils souhaitaient au départ !!!

Caractéristiques du tableau « Big Bang Theory »

Chaque châssis mesure 100 x 100 et il y en a donc 2…

Les enduits ont été travaillés à part, colorés avant la mise en place, puis retravaillés directement sur les toiles, au fur et à mesure du séchage, pour donner toujours plus de volume, dans la mesure du possible, surtout sur des toiles coton… sur un support bois, il est toujours plus facile de faire autant de volume qu’on le souhaite, même si on prend toujours le risque que tout s’effondre au bout de quelques jours de séchage… sur toile coton, c’est plus délicat, et il faudra d’ailleurs que je renforce soigneusement les angles sur l’envers et que je retente délicatement les toiles avant la livraison finale.

Les bords ont été peints avec une peinture mat gris anthracite légèrement brillante, pour créer un contraste avec les murs mats de mes clients, et après avoir discuté avec eux de la nécessité absolue de vernir l’oeuvre, pour être sûre qu’elle résistera dans le temps, nous nous sommes mis d’accord sur l’utilisation d’un vernis extra brillant, pour rappeler les meubles de la pièces adjacente qui sont laqués brillant.

Si j’avais pu, j’aurai même résiné ce tableau, mais le poids en aurait été encore plus conséquent ainsi que le tarif, alors ce sera pour une prochaine fois.

D’ailleurs, à ce propos… je ne vous en dis pas plus et je vous donne rendez vous pour plus tard pour découvrir une nouvelle expérimentation que je suis en train de faire…

Alors à bientôt !

Amicalement,

Isa